La population d’éléphants du parc national de Zakouma

Dans les années 1970-1980, la faune du parc national de Zakouma, dans le sud-est du Tchad, avait souffert de périodes instables sur le plan politique, de sécheresses récurrentes et d’une sérieuse épidémie de peste bovine. Les mesures de conservation mises en oeuvre à partir de 1989, avec le soutien de l’Union européenne, avaient permis une rapide reconstitution de la plupart des espèces de grands mammifères. Les résultats obtenus à la suite de récents dénombrements aériens, réalisés entre 2005 et 2009, ont cependant révélé une nette diminution de la population d’éléphants. En effet, estimée à environ 3 900 individus en 2005, elle a commencé à décliner à partir de la saison sèche 2006 où elle ne comptait plus que 3 000 animaux. Les effectifs ont ensuite brutalement régressé de 940 individus en 2008 à seulement 620 en 2009. Cette chute drastique, de près de 70 % de la population d’éléphants, est corrélée à un nombre important de carcasses, correspondant à des éléphants récemment abattus, principalement distribuées dans la partie est de l’aire protégée, au sein des vallées du réseau hydrographique majeur. Le braconnage, qui a toujours constitué une menace pour les éléphants de Zakouma, n’avait jamais atteint une telle intensité et correspond à la reprise du commerce international de l’ivoire en 2006. (Résumé d’auteur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *