Contexte

          Le Programme d’appui à la gestion concertée des Aires Protégées et Écosystèmes Fragiles du Tchad (APEF) est financé par l’Union européenne à hauteur maximale de 33 millions d’euros (soit 21.6 milliards FCFA) pour une durée opérationnelle de 6,5 ans (2017 – 2023).

          La Convention de Financement (CF APEF N°FED/2016/039-048) a été signée entre le Tchad et l’Union européenne le 11 avril 2017.
Le coût global du programme est de 34 744 444 € dont un montant indicatif de 1 744 444 € cofinancé par des bénéficiaires de subventions potentiels.

          La mise en œuvre du programme est assurée par le Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche (MEEP) à travers une cellule de coordination.

          Un avenant 1 à la convention de financement a été signé le 23 avril 2018 prolongeant la date limite de mise en œuvre (DLMO – 11/10/2023) et la date limite d’exécution (DLE -11/10/2025) de 18 mois.

          Le présent programme s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme indicatif national (PIN) 11ème FED, secteur 2 « gestion durable des ressources naturelles ». Ce programme vise une démarche concertée de conservation, gestion et mise en réseau de plusieurs aires protégées (AP) et écosystèmes fragiles (EF) à haute valeur écologique, culturelle et touristique au Tchad. Il vise à renforcer et pérenniser les actions appuyées depuis plus de 25 ans par l’UE dans le domaine de la conservation et la gestion de la biodiversité au Tchad, en particulier au Parc National de Zakouma (PNZ), par capitalisation de l’expérience acquise et son élargissement stratégique, à des écosystèmes et des patrimoines fragiles du Tchad ne bénéficiant pas d’appui malgré de grande valeur régionale et une réputation mondiale.

          Il correspond également à l’engagement conjoint exprimé dans le PIN d’assurer un meilleur équilibre géographique des appuis, puisqu’il concerne les deux zones éco-climatiques principales du Tchad : le Grand écosystème fonctionnel de Zakouma en zone soudano-sahélienne, et les massifs de l’Ennedi et du Tibesti, les Oasis du Borkou et les Lacs Ounianga au titre du patrimoine culturel et écologique de la zone sahélo-saharienne. Les expériences positives d’appui au développement local initiées sous le 10ème FED se reflètent dans la reconnaissance que la concertation est essentielle à la durabilité de la conservation des ressources naturelles, et plus généralement du patrimoine culturel et naturel au Tchad.