Interview avec le Directeur African Parks Network (APN) au Tchad

L’existence d’un parc comme celui de Zakouma apporte plus de bénéfice pour les communautés périphériques que des contraintes.

Dr Pierre Armand Roulet travaille pour APN au Tchad depuis 2016. Il est le Directeur Régional des Opérations depuis 2018.


APEF : Quel est le rôle d’APN pour le programme APEF ? 

PA : African Parks Network est opérateur du Programme APEF depuis son commencement. Nous bénéficions de deux subventions. Une pour la mise en œuvre de la gestion du Grand Écosystème Fonctionnel de Zakouma et une seconde pour le développement de la Réserve Naturelle et Culturelle de l’Ennedi. APN est un opérateur important du Programme APEF, car APN représente plus de 50% des financements qui sont mobilisés par l’Union européenne dans le cadre de ce programme.


APEF : Quels sont les grands défis d’APN au Tchad en comparaison à d’autres pays où vous êtes implantés?

PA : Tout d’abord, le Tchad est un grand pays notamment via sa superficie. Nous avons aujourd’hui un portefeuille d’interventions du nord au sud. Nous intervenons dans l’Ennedi au nord-est, au sein du Parc de Zakouma au Salamat, dans la Réserve de Siniaka Minia (qui va être transformée en parc national) et bientôt au Guéra. Nous travaillons aussi à un programme dit ‘’Projet Aouk’’ sur les fonds régionaux européens (PIR) à la frontière centrafricaine.

Cette diversité d’interventions fait que nous devons être très organisés, notamment au bureau de N’Djaména pour être capable d’offrir les services aux différents parcs tant en terme de soutien logistique qu’en terme de développement stratégique dans ces zones.

Hormis à Zakouma, les Aires Protégées que nous gérons sont toutes de nouveaux espaces sous gestion. Nous démarrons donc de zéro et devons tout créer.


APEF : Quels sont vos moyens humains et matériels pour agir au Tchad ?

PA : Aujourd’hui, nos moyens humains sont composés d’environ 400 hommes et femmes dont une très grande majorité de collaboratrices et collaborateurs nationaux, avec un grand nombre de métiers différents qui travaillent sur quatre zones d’interventions et au bureau de N’Djaména.

Au niveau matériel, comme toutes les aires protégées, nous sommes obligés de travailler à partir des bases localisées en brousse, avec des véhicules, des niveleuses, des camions et un point assez important chez APN, des vecteurs aériens.

Nous serons dotés d’ici le mois d’août 2021, de six petits aéronefs fonctionnels qui permettront de couvrir différentes tâches propres au métier de gestion des aires protégées, aussi bien que d’assurer les supports logistiques la sécurité de nos éléments au sol, notamment pour le département d’application de la loi. Nous remercions à cet effet notre Ministère de  Tutelle, le MEPDD, ainsi que l’ADAC, pour leur soutien sans faille dans ces activités particulières faites au service du Tchad.


APEF : Quels sont vos principaux résultats en matière de lutte contre la perte de biodiversité ?

PA : Depuis qu’African Parks Network collabore avec le Gouvernement du Tchad, à la demande de ce dernier depuis 2010,  les résultats sont reconnus par tout le monde, notamment les évaluations indépendantes.

A titre d’exemple :

  • Aucune perte d’éléphants par braconnage n’a été enregistrée à Zakouma depuis 5 ans et la population est remontée aujourd’hui à plus de 600 animaux.
  • La réintroduction de rhinocéros noirs en 2018, fait du Tchad et de Zakouma le seul lieu de toute l’Afrique Centrale et de l’Ouest possédant les fameux « Big Five ».
  • Nous avons aussi dépassé les 15000 buffles au Parc National de Zakouma, ce qui va nous amener à faire un déplacement d’un certain nombre de ces animaux vers la Réserve de Siniaka Minia.
  • Nous avons également réintroduit des autruches dans l’Ennedi et dans la Réserve de Ouadi-Rimé – Ouadi Achim, en partenariat avec l’ONG Sahara Conservation Fund.

Nous parvenons aujourd’hui, en partenariat avec les communautés locales, à protéger de vastes territoires contre certaines menaces anthropiques qui pourraient dégrader de la biodiversité. C’est grâce à la qualité et le respect de nos Accords de partenariat de long terme avec le Gouvernement,  et à un soutien politique fort de notre ministère de tutelle, le Ministère de l’Environnement, de la Pêche et du Développement Durable, que nous avons, tous ensemble, ces résultats au Tchad.


APEF : Comment cela se passe avec la population locale ?

PA : Notre point de vue est qu’au Tchad, comme il est dans la philosophie de African Parks Network, nous sommes des partenaires de communautés riveraines ou vivant dans les Aires protégées, et nous devons vivre en bon voisinage. Nous ne faisons pas face à  des revendications illégitimes, et contrairement à d’autres aires protégées sur le continent Africain, ne sommes pas en conflit avec les  communautés, que  ce soit au Grand Zakouma ou à l’Ennedi. Nous avons une approche inclusive. Les communautés sont représentées dans des conseils de gouvernance locaux. Elles peuvent s’exprimer sur la gestion des aires protégées et participent activement à leur protection et leur développement.

L’existence d’un parc comme celui de Zakouma apporte certainement aujourd’hui plus de bénéfices que de contraintes pour les communautés périphériques. Elles sont les premières conservatrices à travers de multiples actions, notamment dans la lutte contre le grand braconnage.

On ne fait rien tout seul dans notre domaine d’intervention. Tous les acteurs, étatiques, privés, ONG, société civile, doivent travailler de concert, pour les générations futures, pour protéger les ressources du Tchad, indéniablement exceptionnelles mais rares et fragiles.