Lac Fitri


Carte d’identité du parc

  • année de création : 1989 (Réserve de Biosphère)
  • superficie : 50 000 hectares
  • niveau(x) de protection :
    • Réserve de la biosphère
    • Site Ramsar (zone humide d’importance internationale)
  • gestionnaire : MEPDD/DFAP
  • milieux écologiques représentés : plans d’eau permanents, plaines de décrue, forêts inondables
  • espèces phares : avifaune, éléphants

Situé à l’est du Lac Tchad (300 km à l’est de N’Djaména), le Lac Fitri fait partie des plans d’eau permanents du Tchad. Ce lac d’une superficie d’environ 50 000 hectares est le pivot d’une économie locale florissante et le second du pays par la superficie. Très productif, il joue un rôle important, surtout pendant les périodes de basse pluviométrie, pour la sécurité des populations locales et celles qui arrivent d’ailleurs.

 

Le lac est l’objet d’une pêche intensive ; les prises annuelles dépassent les 3 000 tonnes. La région du lac Fitri se caractérise par de fortes variations annuelles et interannuelles de la pluviosité. Le lac est tributaire de variations du niveau de ses eaux dont la superficie peut aller du simple au triple. Les plaines de décrue fournissent le pâturage pour le cheptel qui s’y concentre pendant la saison sèche. Ces mêmes plaines sont utilisées également de façon extensive pour les cultures de décrue.

Le bassin versant du Fitri qui s’étend entre 12°00’N et 13°30’N et entre 17°00’ E et 22°00’E se trouve dans une zone climatologique de type sahélien. Ce bassin est caractérisé par une hauteur de pluie annuelle qui augmente de 400 mm dans le Nord (Abéché) jusqu’à 800 mm dans le Sud (Mongo). La saison des pluies commence en juin et peut se prolonger selon les années en octobre (constat 2003). Les quantités d’eau tombées ces dernières années varient de 250 mm à 300 mm voire 350 mm.

carte du Lac Fitri
Zones d’occupation des sols autour du Lac Fitri

Malgré l’importance du lac Fitri, sa situation devient de plus en plus préoccupante. La croissance démographique, l’effritement des pouvoirs du sultanat, traditionnellement fort, et l’afflux croissant du cheptel d’autres zones plus détériorées, font que le lac et ses environs sont de plus en plus sollicités.

« Le Lac Fitri est l’accident géographique indépendamment duquel on ne saurait comprendre le mode de vie, l’organisation sociale et la spiritualité d’un peuple dont les ressources  et le destin historique ont longtemps tenu aux variations du niveau des eaux de la lagune ».

Hagenbucher , 1967