Parc National de Sena Oura


Les actualités

Lancement du Plan d’Action Stratégique dans la partie tchadienne du complexe transfrontalier de BSB-Yamoussa

Une équipe du complexe transfrontalier Sena Oura/Boubandjida, ou BSB-Yamoussa est installée dans la partie tchadienne.  L'année 2022 devrait voir le...


Carte d’identité du parc

  • année de création : 2010
  • superficie : 73 520 ha
  • niveau(x) de protection : aire protégée
  • gestionnaire :  Wildlife Conservation Society (WCS)
  • milieux écologiques représentés : Savane arborée 
  • espèces phares : élan de Derby, hippotrague, damalisque, éléphant,

Description du parc

Le Parc National de Sena Oura (PNSO) a été créé le 10 juin 2008 par le décret N°14/PR/20081, suite à la demande de la population locale. Il est situé dans le département de Mayo-Dallah, région du Mayo-Kebbi Ouest et dispose d’une surface de 735 km².

Cette aire protégée couvre une superficie de 73 520 ha dont la moitié situé au Tchad et l’autre moitié au Cameroun avec une gestion conjointe. Le parc est à cheval entre les départements de Gagal et celui de Mayo-Dallah (Pala), province du Mayo-Kebbi Ouest. L’objectif de cette aire protégée est de préserver un écosystème représentatif qui héberge une faune emblématique rare ou en danger.

Le PNSO est en vis-à-vis du parc national de Bouba Ndjida (2200 km2), au Cameroun, il est actuellement la zone la plus riche en faune du nord-Cameroun. L’ensemble constitue un bloc de 3000 km² dénommé « Binational Sena Oura/Boubandjida – Yamoussa », ou BSB-Yamoussa (Yamoussa étant le nom foulfoudé de l’Elan de Derby dont le complexe renferme une importante population).

Sena Oura est constitué par une savane arborée à Terminalia laxiflora et Isoberlinia doka similaire à celle du nord du parc national de Boubandjida.

La rivière Sena Oura comporte une zone de confluence de plusieurs cours d’eau, dont la végétation est guinéo-soudanienne (bloc d’environ 10 000 ha). Les forêts galeries sont de type ripisylve avec des formations ligneuses telles Malacantha alnifolia, Ficus tricopoda, Sysygium guineense ; elles couvrent toute la largeur de la dépression et sont inondées une grande partie de l’année.

Etat des actions menées

Dans la partie Tchadienne , en 2021, le biotope végétal du PNSO est toujours intact dans sa plus grande partie. La faune est cependant peu présente à cause du braconnage mais aussi de la très large présence du bétail dispersé tout autour et à l’intérieur du parc.

Le Plan d’Actions Stratégique de Lutte Anti braconnage (PASLAB) de Wildlife Conservation Society (WCS) officiellement validé pour le PNSO en septembre 2019 est mis en œuvre depuis début 2021.